Logo BP

UN MORCEAU, UNE RECETTE

TROUVEZ LA RECETTE IDEALE EN SELECTIONNANT VOTRE MORCEAU FAVORI

Accueil DiététiqueHalte aux idées reçues
dietetique Halte aux idées reçues

Pour de nombreux consommateurs, l’idée selon laquelle la consommation de viande de bœuf est néfaste pour la santé est courante.
Cependant, plusieurs études démontre qu’une consommation raisonnée de viande bovine est bénéfique pour notre organisme.

La viande de bœuf contient des éléments nutritionnels indispensables

Il est difficile de maintenir une bonne densité nutritionnelle dans le cadre d’une vie active, sans être un expert de la diététique.
La consommation de viande bovine est à l’origine d’apports nutritionnels importants pour la santé :

  • Des protéines animales reconnues pour leur digestibilité
  • Du fer
  • Des vitamines du groupe B (B1, B2, B3, PP, B5, B6, B12)
  • Du zinc

La viande rouge est bonne pour la santé !

La viande rouge est souvent accusée d’augmenter la production de “toxines” (acide urique) et d’avoir des conséquences néfastes chez les sportifs. Or, tous les aliments, dans la digestion, produisent des “toxines”. Des études scientifiques menées chez des sportifs de haut niveau dans des conditions extrêmes ont montré que l’alimentation n’influence pas significativement la production d’acide urique, quelles que soient la quantité ou l’origine des protéines consommées (animales ou végétales). Rien ne s’oppose donc à ce que les protéines, nécessaires à la réparation musculaire post-effort, soient apportées par la viande. Une consommation raisonnée de viande de bœuf de qualité est favorable à l’équilibre nutritionnel de notre organisme.

Une consommation raisonnée de viande bovine

Une consommation régulière de viande de bœuf accompagnée de légumes favorise l’assimilation du fer dans notre organisme.
Actuellement, la consommation de viande de bœuf s’élève en moyenne à 30g par semaine pour un Français, ce qui est bien en dessous des limites de consommation préconisées dans le cadre de la prévention de certaines maladies. Cette quantité représente moins de 5% de la totalité des lipides présents dans notre alimentation quotidienne.

Source : laviande.fr